Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2012

Où l'on parle de la place Jaumes et ses acacias. ( Midi Libre du 18/8/2012 )

img044.jpg

27/12/2011

Savez-vous planter les arbres...à la mode de Montpellier!

C'était bien un poisson d'avril l'arbre replanté ce même mois de 2010. Et dire que la mairie proposait de couper tous les acacias pour les remplacer par ce que vous voyez sur la photo ( si, si, regardez bien il y avait un arbre il y a encore quelques semaines, à la place de la canette, juste avant les poubelles; faites un effort, cessez votre mauvaise foi ).

Faut dire que chez ces gens-là, on ne plante pas, Monsieur, on ne plante pas, on compte!

DSCF3762.JPG

08/05/2011

Réunion publique, quartiers gare-Méditerranée

Mercredi 11 mai, 18H30, à la Maison pour tous Voltaire, réunion publique sur le quartier animée par les élus et les nommés ( par les élus ).

Notre présence est importante: il faut montrer que nous suivons le dossier et que nous ne nous sommes pas battus pour que la place soit accaparée par un restaurateur qui ne respecte pas son autorisation d'occupation du domaine public .

Nous voulons toujours améliorer la convivialité du quartier: ainsi la mise en zone 30km/h permettrait de faire cohabiter piétons, cyclistes et automobilistes dans un premier temps.

Le conseil municipal de lundi 9 mai doit approuver le projet d'aménagement de la gare et ses conséquences sur les quartiers concernés.

à mercredi

 

07/05/2010

Quand l'arbre vint!

IMAG0032.JPG

Le 1° avril 2010, dans la matinée, deux employés municipaux creusent un trou. Pour planter un arbre nous répondent-ils après avoir tenté de noyer le poisson.

Et puis plus rien. Le collectif dubitatif, échange sur cette information importante. Est-ce un poisson d'avril? Comment reconnaître un vrai trou d'un faux trou?

Le 2° avril un arbre est planté, d'une taille raisonnable, de la même famille que les acacias nous a-t on dit. Mais cet arbre est un assoiffé qui doit ingurgiter mille litres d'eau tous les quinze jours pour assurer sa reprise.

Depuis sa plantation, il est au régime sec et compte sur le temps maussade de ce deuxième printemps de la démocratie où c'est tous les jours la saint Patrick!

Nous n'avons toujours pas identifié précisément la variété de cet arbre et nous comptons sur vous pour nous aider!

09/02/2010

Où S. Fleurence parle d'intelligence!

La place Jaumes ou la difficile voie vers

la démocratie participative

La mairie de Montpellier ne tient pas compte du résultat d’un référendum des habitants d’un quartier.

Depuis début 2006, un débat existe dans le quartier de la Méditerranée à Montpellier : faut-il réaménager la place ? Et si oui, comment ? L’association de quartier « Mare nostrum » propose un projet qui sera soutenu par la mairie. « Une place pour tous », un collectif d’habitants, opposés à ce projet, se crée. Mobilisations, réunions publiques, discussion avec la mairie. Finalement la mairie décide de lancer un référendum et un vote a lieu le 24 juin dernier. Les habitants du quartier sont amenés à choisir entre le projet de Mare Nostrum et celui du collectif. Résultat, c’est le projet du collectif qui l’emporte avec près de 70 % des votants (182 voix contre 83). Et rien ne se passe.

Et le 21 janvier, L’Hérault du jour annonce que le projet de réaménagement de la place est abandonné. Donc que la mairie de ne tient pas compte du vote des habitants ! Vendredi, lors de la conférence de présentation des dossiers du conseil municipal, Montpellier journal demande des explications à Serge Fleurence, premier adjoint au maire. C’est lui qui a mené la concertation depuis le début du projet. Il a été rejoint en 2009 par Patrick Vignal, adjoint délégué à la démocratie de proximité.

Alors que dit Serge Fleurence ? « Il faut laisser du temps au temps. Vous avez deux associations qui sont un peu en opposition. Moi, ce que je leur recommande, c’est de se rencontrer, d’essayer d’élaborer ensemble un projet sur lequel peut se dégager un consensus et quand ils y seront arrivés, je suis tout à fait prêt à les rencontrer. »

Pour écouter S.Fleurence, cliquez  ci-dessous:

Pour un peu, Serge Fleurence prônerait presque la disparition des élus. Car si les habitants parviennent à se mettre d’accord, on pourrait presque dire qu’ils n’auront plus qu’à aller voir directement les services de la ville pour la réalisation voire lancer eux-mêmes les travaux. Dans ce dernier cas, il faudrait que la mairie accepte de laisser aux habitants une partie du budget en gestion directe. Mais on n’en est pas encore là.

http://www.montpellier-journal.fr/2010/02/la-place-jaume-...

 

08/02/2010

Quatre arbres sauvés mais pas de rénovation et 67% des votants ignorés.

Édition du jeudi 4 février 2010

La rénovation de la place Jaumes passe aux oubliettes

Archives R. de HULLESSEN

Montpellier. GareLa rénovation de la place Jaumes passe aux oubliettes


AMÉNAGEMENT : Après des années d'attente et un vote populaire qui voyait la victoire des opposants, le projet est abandonné

Mais quel gâchis ! Pour une fois, les deux camps en présence sont d'accord. Et si le diagnostic sur les causes et effets diffère, la conclusion est la même : « C'est lamentable ! » Car voilà, le projet de réaménagement de la place François-Jaumes - cette délicieuse placette de la rue de la Méditerranée - semble purement et simplement abandonné. Et pourtant, que d'énergies cette question a mobilisées. Depuis plus de quatre ans, en effet, le sujet est à l'ordre du jour et cristallise les prises de position tranchées.
À l'époque, soucieuse de redynamiser le secteur, l'association de quartier Mare Nostrum lance l'idée et, trois réunions publiques plus tard, le projet présenté par les services techniques municipaux est avalisé. Très vite, pourtant, des opposants font entendre leur voix.

D'abord pour dénoncer le tracé retenu - qui dévie la circulation vers la rue de Tarragone, celle des deux écoles -, puis pour se focaliser sur le sort des cinq acacias, à l'ombrage apprécié mais destinés à être ratiboisés.
Le collectif Une place pour tous se structure, pétitionne, se lance dans la bataille des expertises sur l'état de santé des arbres et fomente un contre-projet. Le Printemps de la démocratie de Patrick Vignal étant passé par là, le premier adjoint Serge Fleurence l'assure au cours d'une réunion publique : le sort de la place sera mis entre les mains de ses habitants. Et le verdict de ceux-ci est sans appel : ils adoubent le projet des opposants avec plus de 67 % des voix, le 24 juin dernier.
Et depuis ? Depuis, plus rien... Le collectif qui devait travailler de concert avec les services techniques sur la faisabilité et le calendrier du projet ont eu beau multiplier les appels, silence radio du côté de la mairie. « On n'a jamais été contacté pour se mettre au travail et on n'a eu aucune réponse à nos courriers, confirme Vincent Millot, membre du collectif. C'est la politique de la chaise vide. » Les bénévoles de Mare Nostrum, eux, accablés, se sont fendus d'une lettre ouverte au maire, Hélène Mandroux, et déplorent également l'absence de toute réponse officielle. « Que le projet soit retardé, on peut le comprendre. Après tout, on n'est plus à quelques mois près, s'indigne Jérémy Malek, le président de l'association. Mais apprendre par un entrefilet dans la presse qu'il est abandonné, c'est très décevant. » Simple méprise ou calculs politiques (voir ci-dessous), il est clair qu'après le printemps, la démocratie a pris ses quartiers d'hiver... Politique Les uns disent le collectif des opposants noyauté par le NPA (le parti de Besancenot) ou les Verts ; les autres dénoncent les manoeuvres politiques entre un Vignal, pro Frêche, décidé à mettre des bâtons dans les roues d'un Fleurence, pro Mandroux. Et réciproquement. Et l'intérêt général, il est où ?

Diane PETITMANGIN

11/12/2009

Rassemblement sur la place Jaumes

AUX ARBRES CITOYENS

 

 

 

Vous avez choisi le 24 juin le projet B proposé par le collectif « une place pour tous ».

Depuis ce référendum, aucune nouvelle de la mairie qui refuse de nous recevoir et ne répond pas à nos courriers.


Le vendredi 27 novembre, tôt le matin, les services de la mairie ont abattu un premier acacia et ainsi commencé à réaliser le plan A que vous avez refusé.

Nous vous appelons à un rassemblement

le dimanche  13 décembre à 15H , sur la place Jaumes

Chacun est invité à apporter une boisson ou un goûter à partager et une décoration à placer dans les arbres .

06/12/2009

La photo qui fait un carton

IMAG0111.JPG

Suite à l'abattage d'un acacia de la place Jaumes et pour saluer cet acte courageux et responsable de la mairie, le collectif «  Une place pour tous » a décidé de rendre un ultime hommage à l'arbre victime de la Realpolitik.

04/12/2009

Prix spéciaux

Le collectif “une place pour tous” a décidé lors de la réunion dʼun jury spécial de décerner trois prix spéciaux :


celui de la langue de bois décerné à lʼunanimité à Patrick Vignal,
pour ses discours, prises de position et autres promesses à propos de la place Jaumes : il a fourni une telle quantité de combustible que cela permet un chauffage durable pour lʼensemble de la ville de Montpellier, lʼagglomération et le département de lʼHérault.
A cela sʼajoute son agitation perpétuelle provocant de tels courants dʼair quʼil assure par la même la ventilation de lʼair chaud.


le prix spécial de la tête de bois à Serge Fleurence qui confond entêtement avec responsabilité politique : si le mur de Berlin avait été réalisé avec ce bois là, il ne serait jamais tombé!


le palmier dʼor à Hélène Mandroux :
ce prix a provoqué dʼinterminables discussions entre les membres du jury car le palmier nʼest pas un arbre mais une plante ornementale et décorative qui à Montpellier est attaquée par toutes sortes de parasites. Le jury a cependant constaté que le maire considérait la mairie comme un oasis duquel elle avait beaucoup de mal à sortir ou à recevoir ses concitoyens et encore plus à se faire communiquer les différents courriers qui lui sont adressés. Peut-être craint-elle les méharées ou de finir comme les acacias de la place Jaumes...
✹✹✹✹✹✹✹✹✹


Le collectif vous invite également à participer à une cérémonie funéraire ce dimanche 6 décembre à 15h...
... Des indices nous permettront-ils de découvrir les coupables ?

28/11/2009

Communiqué de presse

P1010002.JPG

 


Place Jaumes
Ce matin, vendredi 27 novembre 2009, vers 8 h, les services techniques de la mairie ont abattu «sur ordre» un des acacias de la place Jaumes.
Cet abattage nʼa évidemment été annoncé nul part (aucun affichage ) et aucune précaution de sécurité nʼa été prise. Selon un technicien, ils reviendront pour lʼélagage des autres et peut être l'abattage d'un autre acacia.
Ce qui ravive lʼinquiétude des riverains à qui les services techniques ont répondu, devant leur émoi face à leur présence de bon matin, quʼils allaient élaguer, juste avant de procéder à lʼabattage.
Nous rappelons que cet arbre était viable dʼaprès plusieurs experts, et plus particulièrement selon le Professeur Francis Hallé. Quant aux autres, ils ont besoin de soin et dʼentretien.
Les riverains sont en colère contre la mairie : Mme Mandroux avait promis, certes verbalement, que rien ne serait fait.
Les promesses nʼengageraient-elles que ceux qui y croient ?


Collectif «une place pour tous»

30/10/2009

Lettre ouverte à Mme Mandroux, maire de Montpellier

Une lettre ouverte du professeur Francis Hallé a été envoyée à madame Mandroux, le 8 octobre 2009. Cette lettre a été également publiée dans la gazette de Montpellier( n°112)

 

 

hallel1.JPG
hallel2.JPG
hallel3.JPG

30/09/2009

CONFERENCE DE PRESSE

LUNDI 28 SEPTEMBRE

 18H30 

AU BAN DES GOURMANDS

PLACE CARNOT

CONFÉRENCE DE PRESSE

AVEC LE PROFESSEUR

FRANCIS HALLÉ

BOTANISTE

ET BIOLOGISTE

AU SUJET DE LA PLACE JAUMES

La vidéo

************************************************

Logo_midi_libre.png

Midi-Libre / Édition du mercredi 30 septembre 2009

Le botaniste Francis Hallé

défend les acacias de Jaumes

ml3009.jpg

« Quand un organisme vivant est malade, il faut le soigner, pas le tuer ! » Littéralement « scandalisé par cet abattage », le professeur Francis Hallé, éminent biologiste, n'a pas mâché ses mots, lundi soir, lors de la conférence de presse du collectif Sauvons la place (1). Soutien de poids depuis le mois de juin et sa visite auprès des acacias de la place François-Jaumes, ce botaniste de renom a planté ses racines dans le débat. Sans doute de façon durable.
Car voilà, dans ce feuilleton autour du devenir de la place et de ses ombrages, le collectif, qui a remporté la mise lors du référendum de juin dernier (lire nos précédentes éditions), veut voir son projet alternatif d'aménagement appliqué à la lettre. Soit sauver les arbres, tous les arbres, quand la municipalité, pour cause
de maladie pour deux d'entre eux ou de fin de vie annoncée, entend les envoyer ad patres. Et même la promesse de planter, en nombre supérieur, des acajous de Chine, n'a pas l'heur de plaire. « On nous assure qu'ils auront 20 cm de circonférence mais 20 cm, ça signifie planter des manches à balai qui mettront cent ans à faire de l'ombre. C'est sûr, à planter des miniatures, ça demande beaucoup moins d'entretien... » Surtout, ce que les membres ne digèrent pas, c'est... le silence radio. Voire la friture sur les ondes : « On n'a aucune communication officielle, on ne fonctionne qu'avec des rumeurs et des infos contradictoires. Un jour, on coupe, le lendemain, non. Depuis juillet, on demande un rendez-vous au maire afin de travailler sur le projet avec les services municipaux, comme c'était prévu et on reste sans réponse. » Réclamant « simplement » que son plan B soit appliqué, le collectif déplore « que les arbres soient devenus un enjeux politique », avec des élus soupçonnés de régler leurs comptes à travers ce dossier. « Pour que la démocratie participative ne soit pas seulement un slogan le temps d'un printemps, il faut qu'on arrête de nous mener en bateau. »

Diane PETITMANGIN

Ancien prof de botanique à la fac de Montpellier, il a dirigé les missions scientifiques du Radeau des cimes, sur les canopées tropicales, de 1986 à 2003.

 ************************************************

7l-montpellier.jpg

 Le jounal de 7L TV du 29 septembre 2009

 

************************************************

LOGO_HERAULT.jpg
Hérault du jour du 30/09/09
hdj30092009.jpg

 ************************************************

Chicxulub

Magazine d'informations independant / Montpellier & régions / oct-nov 2009/ n°22

page 10 à 13

 ************************************************

 

25/09/2009

Historique du collectif

HISTORIQUE DU COLLECTF "UNE PLACE POUR TOUS"

 

 

-         Janvier 2006  : L’association « Mare Nostrum » propose un projet de rénovation de la place François Jaumes : création d’une route qui passe entre les arbres et fermeture de la rue Lamartine.

 

 

-         Mai 2006  : le projet est accepté lors d’une réunion publique à la maison pour tous (106 votants). Il est précisé que les acacias  restent en place et que des arbres supplémentaires seront plantés sur l’agrandissement de la place.

 

 

-         Juin 2006  : Création du collectif « Une place pour tous » pour un amendement au projet : éviter la fermeture de la rue Lamartine qui engendre :

 -la création d’une rue entre les arbres qui risquait d’entraîner leur disparition.

-des problèmes de circulation dans le quartier.

 

 

-         Statu quo de la mairie…

 

 

-         Octobre 2008  : Le président de « Mare Nostrum » annonce l’abattage des acacias dans un article de MidiLibre. Pour cause : la nécessité de cet abattage pour faire passer la route et le fait que 2 arbres (sur 5) qui d’après lui sont malades.

 

 

-         Décembre 2008  : Le collectif « Une place pour tous »  mobilise les habitants du quartier pour sauver les arbres :                                                     -  Nombreuses banderoles contestataires aux fenêtres des riverains.

-  Grand rassemblement festif le dimanche 14 décembre.

-   Lancement d’une pétition pour sauver les arbres (850 signatures)

 

 

-          29 janvier 2009  : Suite à la pétition, M. Vignal  (adjoint à la démocratie de proximité)  reçoit le collectif « Une place pour tous ». Il propose une nouvelle réunion publique qui opposera le projet de la mairie et celui de collectif (dans le cadre du printemps de la démocratie).

 

 

-         5 mars 2009  : tentative de médiation avec Mr Assaf (médiateur de la mairie).

 

 

-         9 juin 2009 : Réunion publique à la maison de la démocratie : M. Fleurence (1er adjoint) préside une réunion  très animée où les deux projets seront présentés et débattus. Ce débat débouche sur une proposition de referendum pour départager les projets.

 

 

-         24 juin 2009  : Referendum :  Les riverains sont invités à se prononcer entre le projet de la mairie et celui du collectif. Malgré la contre expertise fournie par le collectif, la mairie persiste dans sa volonté d’abattre les acacias avant même les résultats des votes. Avec 67,7% des voix le projet du collectif remporte l’adhésion des riverains ( 269 votants). M. Vignal conclut alors cette soirée électorale par la confirmation de l’abattage des arbres sous la huée des riverains.

 

 

-         5 juillet 2009  : Mr Francis Hallé ( botaniste et biologiste montpelliérain de renom international) s’oppose à l’abattage des arbres dans un article de la gazette ( après une visite de la place F Jaumes proposée par le collectif).

 

 

-         15 juillet 2009  : Le collectif demande un rendez-vous à Mme Mandroux (maire) pour pouvoir participer au nouveau projet de rénovation (suite au referendum en faveur du projet du collectif) qui comporte la sauvegarde des arbres. Pas de réponse.

 

 

-         11 septembre 2009  : M. Vignal (adjoint à la démocratie de proximité) accepte de recevoir le collectif et suggère un travail de collaboration des services techniques de la mairie avec le collectif avec le maintien d’au moins 4 arbres.

 

 

-         16 septembre2009  : Retournement de situation à la mairie… M. Fleurence (1er adjoint) reprend le dossier et s’entête à vouloir abattre tous les arbres, et cela courant octobre.

 

 

03/09/2009

Apéritif festif

COLLECTIF « UNE PLACE POUR TOUS »

 

Les arbres sont toujours là!!! Mais la mobilisation continue.

Pour vous remercier de votre participation au referendum et fêter la victoire,

mais aussi vous tenir au courant des prochaines étapes.

Nous vous convions àun apéritif festif, sur la place François Jaumes

 Le vendredi  4 septembre à partir de 19 heures.

 

 

Chacun est invité à apporter une boisson ou un plat à partager.

 

IMAG0047.JPG

septembre09 335.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

septembre09 355.jpg

septembre09 363.jpg

septembre09 334.jpg

05/07/2009

Santé des arbres

halle 06 09001.jpgInformations sur la “dangerosité”
des arbres de la place Jaumes
Les arbres de la place Jaumes sont-ils dangereux pour les
passants ?
Dans l’attente de la publication des expertises de la mairie,
Nous avons eu le message suivant de Francis Hallé, botaniste et
biologiste reconnu, qui est passé voir les arbres samedi 27
juin.
"Je suis passé hier Place Jaumes et vous trouverez mon avis cidessous
:
- 1.- la rangée le long de la façade trompe-l'oeil, en regardant vers
la façade :
* celui de gauche n'est pas dangereux, toutefois il conviendrait d'en
soigner la base côté façade.
* celui du milieu n'est pas dangereux
* celui de droite est dans un état parfait.
- 2.- la rangée côté rue de la Méditerranée, en regardant vers la
façade :
* celui de gauche a trop de bois mort et il est à élaguer ; il est
penché vers la rue, mais cela ne justifie pas de l'abattre : il convient
de lui mettre un appui du côté de la rue, avec le respect dû à un vieil
arbre.
* celui de droite n'est pas dangereux. Je suggère cependant d'en
alléger la cime au-dessus de la rue Lamartine, pour le re-équilibrer.
Au total, je suis tout à fait opposé à l'abattage de ces arbres, à
condition toutefois qu'ils ne gênent pas les voisins. Il me semble
qu'ils sont protégés des vents les plus forts.
C'est vrai qu'ils ont une série de blessures, ce qui m'inspire deux
réflexions :
* les employés de la mairie, responsables de ces blessures, vont
devoir apprendre à améliorer leurs techniques
* ils vont devoir apprendre également à soigner les arbres et ne pas
se contenter de les voir dépérir.
Tout ceci est d'autant plus choquant que nous avons à Montpellier de
très fortes compétences concernant l'état des arbres urbains ."
( voir la page qui est consacrée à Francis Hallé sur wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Hallé
voir aussi : http://collectifuneplacepourtous.midiblogs.com/)